Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 14:08



 Nous rejoignons Ulaangoom, charmante ville mongole

 


 avec son marché typique de la Mongolie où les wagons de chemin de fer désaffectés servent de restaurant

 

 

Le thé en brique est depuis les temps anciens consommé par les peuples nomades.


 

 

 

Les bottes sont portées tout le temps par les hommes comme par les femmes. Celles-ci sont réservées aux jours de fête, le Naadam par exemple.

 



 

Après avoir fait quelques réserves, nous nous dirigeons vers Ureg Nuur, sereins car maintenant plus rien ne presse. Il ne nous reste que 130 km pour rejoindre la frontière et une semaine de visa.

 

 

Nous restons quelques jours au bord de ce lac magnifique; l'occasion de faire une petite lessive sous les cris des cormorans et autres oiseaux qui nichent sur les îles près du fourgon. Nous nous habituons à n'entendre qu'eux, plus ou moins fort selon le moment de la journée, accompagné parfois du bruit du vent ou du tonnerre.


 

 

Les moustiques viennent parfois nous faire une petite visite, mais très sobre en général ; de même quelques bergers viennent tailler une petite bavette, surtout avec les mains d'ailleurs, car nous n'avons pas trop fait de progrès dans la langue mongole.


 

 

Ils s'assoient près de nous et nous lancent de temps en temps une petite phrase à laquelle nous répondons par de grands sourires. Cette impossibilité de communiquer nous gêne moins maintenant, nous y sommes habitués.


 

 

 



Nous quittons le paradis d'Ureg Nuur, après avoir fait le plein d'eau à une fontaine perdue, pour nous rendre à un autre paradis, celui d'Achit Nuur, un autre lac qui nous rapproche de la frontière et où il y a, paraît-il, plein de poissons....

 

  Là encore, les nomades nous indiquent une route qui n'est pas la route habituelle! Un peu acrobatique par endroits, nous aurons de nouveau le plaisir de rouler en pleine solitude , au milieu de paysages majestueux. Les hauts sommets de l'Altaï russe apparaissent et semblent nous suivre tout au long du chemin.




L'Achit Nuur apparaît ; nous contournons le lac par le sud et recherchons un endroit propice pour nous arrêter. Sur la rive est du lac, de gros taons nous souhaitent la bienvenue. Nous poursuivons notre chemin. A l'extrémité sud du lac se trouvent de nombreuses gers, une sorte de petit village. Nous arrêtons le véhicule pour nous approcher de l'eau. Quelques enfants s'approchent de nous, mais ils sont devancés par les moustiques venus eux aussi nous souhaiter la bienvenue! Nous reprenons la route sur la rive ouest pour nous éloigner des troupeaux et arrivons, après bien des allers et venues, à un endroit surplombant un peu le lac. Je décide de rejoindre immédiatement la rive pour tremper un peu ma canne à pêche, mais le vent de plus en plus violent empêche tout lancer. Je remets à demain ce que je ne peux pas faire le jour même.

Après une nuit mouvementée, le fourgon secoué par les rafales de vent, nous nous réveillons sous le ciel bleu; le lac ressemble à un miroir, pas une ride. Nous voyons bien tourner quelques insectes autour du fourgon et peu à peu, sans doute attirés par la chaleur du véhicule, ils s'agglutinent partout.


 


Je tente une sortie pour pêcher, mais à peine posé le pied dans l'herbe qui borde la rive, qu'une nuée de moustiques m'assaillent de toutes parts. Je remonte illico au fourgon, range ma canne et après avoir nettoyé le plus gros de la multitude d'insectes, nous repartons vers des lieux plus hospitaliers! Nous les trouverons quelques kms plus loin, plus haut et passerons deux agréables journées dans un décor superbe.

 

 

Pour rejoindre la frontière, nous avons sans doute pris la route la plus directe, mais....sans doute doute pas la meilleure! Nous n'aurions pas pu quitter la Mongolie dans la facilité!

 

 

Juste avant le passage de la frontière nous rencontrons deux grenoblois en vélo qui arrivent en Mongolie. Partis en septembre 2008, ils envisagent de rejoindre la Chine, puis le Japon; ensuite ils prennent le bateau pour l'Amérique qu'ils traverseront du nord au sud. Un périple de deux ou trois ans encore.

 

Le passage de la frontière se passera sans difficulté, seulement il demandera 3h30. A la frontière mongole, la « chef » vient voir le véhicule (fouille...). Elle dira « c'est joli » après un rapide coup d'oeil, et nous remontons l'escalier bras-dessus, bras-dessous, comme les meilleures amies du monde.

Après la frontière russe que nous passerons très vite, en une heure seulement car la frontière allait fermer, une douanière nous a aidés pour que les formalités aillent plus vite. Nous la retrouvons dans le village et je lui demande où trouver de l'eau. Elle me prend par la main gentiment et me conduit au puit. En quittant les frontières mongole et russe, douaniers et policiers nous font de grands signes de mains amicaux. Imaginerait-on cela chez nous?.....


 

Partager cet article

Repost 0
Published by jo - dans MONGOLIE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jo
  • : voyage en vehicule en asie centrale, Mongolie, Ukraine, Kazakhstan, Russie, Khirgistan, Ouzbekistan, Siberie.Voyage en Amérique du Sud en véhicule, Argentine, Brésil, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Patagonie, Uruguay, Paraguay
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories