Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 07:51

 

Lénine assis. Satue rare! en général, il est toujours debout et montre...là-bas!

Ce qui prouve que tout le monde a le droit de se reposer.



11 septembre.

Nous arrivons à Jalalabat, ville de 70 000habitants, 3ème ville du pays après Bishkek et Och. La ville est beaucoup moins européanisée que Bishkek, plus agréable et moins anonyme aussi. Il y a bien sûr une grande activité au bazar où toutes sortes de fruits et légumes sont offerts à des prix très bas.



Nous sommes frappés par la quantité de nourriture vendue et consommée dans la rue : samsa (sorte de pâté fourré à la viande), beignets de toutes sortes, chachliks (brochettes de viande), nan (pain local), fruits (raisin, figues, grenades, quantité de melons et pastèques, pêches), légumes (montagnes de tomates, pommes de terre, oignons, aubergines, petits concombres,....) et bien sûr, des glaces qu'ici, comme partout dans les ex pays soviétiques, on consomme en très grande quantité.

 

 


Les écoliers sont toujours en uniforme ; les petites filles ont toutes un énorme ruban blanc en noeud dans leurs cheveux ;

 


dans le nord du pays, elles sont habillées en noir avec un tablier en dentelle blanche, un peu comme avant chez nous les serveuses de restaurants huppés, et toujours le gros flot dans les cheveux.

 


Dans le sud, garçons et filles ont un gilet ou une jupe en tissu écossais. Voir une sortie d'école est toujours un moment de grand plaisir.



Traînant dans le bazar en quête de beignets kirghizses et samsas pour le petit déjeuner, nous sommes abordés par une femme, Katia, 53 ans, qui nous invite à prendre le thé. Bien sûr la conversation ne se fait qu'en russe et nous l'invitons ensuite à visiter notre malenkii dom (petite maison = notre fourgon). Je lui fais un petit cadeau made in France et nous lui faisons nos adieux ; mais elle reviendra l'après midi avec une grosse pastèque et des pommes. Elle nous demande si on veut voir le sanatorium et se propose de faire le guide.

 

 

Ce sanatorium, créé bien sûr par les russes et pour les russes, est perché sur une colline. Un parc immense, malheureusement plus très bien entretenu, où sont parsemés ça et là des pavillons, à l'abandon pour certains, recèle une source miraculeuse. En « prenant les eaux », nous rencontrons une femme parlant anglais. Elles nous offrent tout d'abord des pistaches fraîches qu'elle vient d'aller cueillir sur la colline qui est couverte de pistachiers. Puis elle va rester avec nous, nous donnant des renseignements sur le pays que Katia aurait pu nous donner mais que mes connaissances en russe ne me permettaient pas de comprendre. Avocate à Tachkent, elle passera toute la soirée avec nous et nous apprendrons bien des choses sur l'avant et après indépendance. Pro russe, elle nous montrera surtout ce que le pays a perdu avec l'indépendance.

 

 


 

Nous quittons Jalalabad pour nous diriger vers Och. Deuxième plus grande ville du pays, Och est une ville agréable où l'on se promène dans de nombreux parcs abritant des manèges datant de l'époque soviétique et que l'on préfère regarder plutôt que de les essayer....



Il y a beaucoup d'animation dans les rues et les parcs, surtout le dimanche. Le bazar est immense et c'est comme toujours là que bat le coeur de la ville.



Plus encore qu'à Jalalabad, on y trouve un mélange d'Asie Centrale, de pays arabes et d'Orient. On ne trouve plus cette structure très organisée et aseptisée des bazars soviétiques mais un désordre où il fait bon traîner......

 


 

En Asie Centrale, les gens aiment beaucoup qu'on les photographie et nous le demande souvent. Ce sont des gens très souriants mais dés qu'on lève l'appareil ils se mettent au garde à vous et cesse de sourire. Il me faut faire force de grimaces pour arriver à arracher, parfois! l'ombre d'un sourire....

 


14 septembre.

Nous nous dirigeons vers la frontière Tadjike par une route superbe construite par les chinois. Une partie de la route est encore en travaux et nous sommes impressionnés par l'importance du chantier.



Nous sommes sur la route qui conduit à Sari Taj, la ville la plus au sud du Kirghizstan. De là, on peut continuer plein sud vers le Tadjikistan, ou plein est vers la Chine, ou encore plein ouest vers Dushanbe, la capitale du Tadjikistan.

 


Tout le long de cette route nous cheminons à travers de magnifiques vallées, canyons et montagnes.

 


Nous passons la nuit à un col à 3600 mètres d'altitude, peu avant Sari Taj, et nous fêterons les 100 000 km de notre fourgon à l'hôtel-restaurant du col (le petit restau gris.....)


Il n'y a rien que nous au col, mais le trafic des camions est intense, même la nuit, et tous font une petite halte au col avant d'amorcer la descente.


En redescendant vers Sari Taj, situé à 3000mètres, nous sommes époustouflés devant le panorama qui s'offre à nous : les montagnes et glaciers du Pamir s'étendent devant nous d'est en ouest. Cette chaîne de montagnes forme la limite nord du Pamir et culmine à 7134 mètres avec le pic Lénine.


Aussitôt une inquiétude nous prend : le lendemain nous devons traverser ces montagnes pour nous rendre au Tadjikistan et passer un col à 4200 mètres. Tant de neige....

 


Nous passerons la journée dans la contemplation de ce décor et passerons la nuit à Sari Taj, ville morne, triste , où nous avons pu dénicher une station essence mais pas de magasin. Voyant un voyageur en sac à dos à la recherche d'un hôtel, dans le froid du crépuscule, nous nous sommes sentis bien chez nous.....

 


Le 16 septembre, nous partons au petit matin pour le Tadjikistan...



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jo
  • : voyage en vehicule en asie centrale, Mongolie, Ukraine, Kazakhstan, Russie, Khirgistan, Ouzbekistan, Siberie.Voyage en Amérique du Sud en véhicule, Argentine, Brésil, Chili, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Patagonie, Uruguay, Paraguay
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories